News

Avast = passoire, le retour du mythe

le dans Informatique - 10 Commentaires
Avast = passoire, le retour du mythe
Plus le temps passe et plus j'ai bien envie de désactiver les commentaires sur toutes mes vidéos Youtube quand je lis ce genre de truc. Ras le bol de devoir re-re-re-re-re-re-expliquer à Kevin le kissikoné n°6512 que les tests d'antivirus existent pour se faire une opinion objective plutôt que de tomber dans les clichés. :)





Oui moi aussi maintenant c'est bloqué --> Preuve (capture d'écran)

Oldies : Benchmark vieux HDD Conner du 486

le dans Informatique - 1 Commentaire
Oldies : Benchmark vieux HDD Conner du 486
Suite aux commentaires de Deksor concernant mon 486, j'ai passé deux disques durs IDE en bench.
Voici les résultats entre le Conner d'origine (240Mo) et un autre Seagate plus récent (850Mo) que j'ai sous la main.




PC 486 (Winbond W83757F) PC Pentium MMX (Intel 82371SB)
Conner CP30254
Seagate ST3850A


Que peut-on en conclure ?

Spécifications : Hormis la capacité qui diffère, déjà que le Conner ne possède que 32Ko de cache par rapport au Seagate qui lui en possède 120Ko. De plus le Seagate est en mode PIO4 et gère le DMA 2(0) alors que le Conner est limité au mode PIO3.

Temps d'accès : Le Conner passe les tests avec un graphe en forme de "deux montagnes" : première fois que je vois cela. On dirait un problème dans la gestion d'utilisation des plateaux et des faces. Pour le Seagate : alors que le graphe semble normal (linéaire) coté 486, on observe une sorte d’écrêtage dans le southbrigde du PC Intel.

Débits : Sans surprise, c'est globalement mieux du coté Pentium pour les deux HDD puisque le contrôleur IDE est plus récent.

Conclusion : Remplacer le disque Conner par le Seagate serait gagnant. Par contre la limitation du BIOS à 1024 cylindres le bridera à 504Mo utilisables sur ses 850Mo.

Gilbert Collard & Siri : Pas faux !

le dans Informatique - 1 Commentaire
Gilbert Collard & Siri : Pas faux !
Gilbert Collard s'est illustré récemment en ayant dit sur Radio Classique qu'il était "sous écoute" via son téléphone portable.
Dans la presse tout le monde s'est foutu de sa gueule en le tournant en dérision. C'est que visiblement le papy a du mal avec les nouvelles technologies et il s'agit en fait bêtement de son assistant personnel intelligent vocal Siri (sur iPhone) qui lui demande de répéter ce qu'il vient de dire. Admirez les titres :



En effet de prime abord Gilbert semble un poil trop paranoïaque. Sauf qu'en fait il n'a pas tout a fait tort et soulève un autre sujet. Car lorsqu'une application laisse ouvert le micro de l'appareil pour analyser ce que l'on dit, c'est que l'on est bel et bien sur écoute quelque part, même si c'est par le biais d'algorithmes locaux (sur l'appareil) ou sur des serveurs distants. Évidemment le mot "écoute" fait plus référence ici aux méthodes de la justice (ou de cabinets noirs) pour "placer quelqu'un sur écoute" pour espionner qu'à la simple reconnaissance vocale.

Le sujet derrière est quid de la confidentialité des données de ces appareils et du respect de la vie privée des utilisateurs ?

Premier point : Amazon, Google et Apple fournissent tous un service d'assistant personnel intelligent et font parti des GAFA, ces grosses entreprises américaines majeures sur Internet. Microsoft aussi avec Cortana. Et comme toute entreprise américaine elles sont soumises au Patriot Act et à diverses lois qui obligent ces entreprises à fournir des informations sur demande de la NSA et du FBI (Révélations de Snowden).

Cela me rappelle cette déclaration de Tim Cook : "Il n'y a pas de backdoor dans les produits Apple !". Certes, mais comme ils doivent donner les infos sur demande... pourquoi défoncer la porte quand on a les clés pour l'ouvrir ?

Deuxième point : sachant qu'avec les révélations de Wikileaks, ces entités ont accès à un budget "no limit" et à des méthodes poussées pour rentrer dans presque tous les appareils grand publics (smartphones, TV connectées, routeurs, etc...) et casser beaucoup de protections via des failles zero-day non révélées dont c'est le business de certains. On a déjà vu par les passé que certains gouvernement en avait acheté et que d'autres étaient intéressés. Rien que les failles Cisco déjà et votre réseau peut être sondé/écouté. Pour tous ceux qui lisent Canard PC Hardware, ils avaient fait un dossier complet dans le numéro 29 là dessus, où ils avaient épinglés pas mal de "négligences" (volontaires ?).

Je rappelle qu'une vidéo virale a récemment fait le buzz, une utilisatrice a posé la question suivante a son assistant vocal "Alexa" d'Amazon : "Est-tu connecté à la CIA ?". Et l'appareil s'éteignait dans un silence qui en disait long. Visiblement une mise à jour fait maintenant répondre "Non, je travaille pour Amazon". Ouf, nous voilà rassurés. Sauf que la CIA peut très bien avoir une porte dérobée chez Amazon. Le gars demande donc "Amazon est-elle connectée avec la CIA ?" et la, rebelote l'appareil s'éteint. Concluez-en ce que vous voulez.

On ne peut pas faire l'impasse que pour des raisons géopolitiques et géostratégiques, les USA surveillent ou tentent de surveiller discrètement des responsables politiques en Europe. Ce n'est pas comme ci cela n'avait pas déjà été fait dans le passé. Voire même pourquoi pas ne pas faire la même chose avec les particuliers dans un contexte de surveillance globale ?

Donc messieurs les journalistes oui nous sommes "sous écoute" même si ce n'est pas directement au sens premier du terme !