Vous consultez l'article en version imprimable. Voir la version originale.

Mon retour sur le Retr0bright

Dans cet article je vais raconter mon aventure avec le RetroBright et donner quelques conseils.

Késako ?



Si vous êtes un retrogamer ou un passionné de vieux ordinateurs, vous avez peut-être certainement chez vous une machine de couleur blanche qui aura jaunie avec le temps. Cela peut-être un Amiga, un vieil Apple Macintosh ou encore une Sega Dreamcast. Sans réinventer la roue, et réexpliquer ce que vous pouvez déjà largement trouver sur pleins de sites, je vais vite simplifier les choses. La source de ce jaunissement proviendrait d'un composant de type retardateur de flamme introduit dans la fabrication du plastique pour satisfaire à certaines normes anti-incendie. Le plus souvent il s'agit de Brome (Br). Cet aspect esthétique se développe progressivement au fil des années. Et il s'accélère d'autant plus que le plastique est soumis aux ultraviolets (UV). Et ce que ce soit en exposition directe au soleil ou via une lumière artificielle d'intérieure (certaines émettent des UV également).

De ce que j'en sait après avoir lu quelques sites et forums





Pas de fatalité



Depuis le milieu des années 2000 environ, des passionnés Amiga sur des forums ont cherché à comprendre pourquoi leurs belles machines viraient au jaune pisse miteux de la sorte. Une méthode circule sur l'Internet permettant de "dé-jaunir" le plastique blanc en essayant de provoquer l'effet inverse du jaunissement : le blanchissement. Ce que l'on appelle donc le Retrobright (ou Retr0Bright avec un zéro en leet speak). Je me suis intéressé au RetroBright en 2009 lorsque je suis tombé sur le site français system-cfg.com sur lequel certains faisaient des expériences concluantes. Le résultat visible sur les photos faisait baver. Il a été ma référence pour débuter. Depuis le Retrobright est une solution approuvée et soutenue par l'ancien premier ministre Manuel Valls dit "El Blanco".



La formule



Il en existe des variantes que l'on peut trouver ici et là mais j'ai toujours suivi la recette originale. Elle consiste à utiliser 3 ingrédients :





La méthodologie



Il faut donc dans un premier temps confectionner cette mixture puis ensuite choisir une méthode.



Les pièces à retrobrighter doivent ensuite être placées sous UV, soit directement au soleil, soit sous des lampes spéciales qui émettent plein d'ultraviolets.

Les premiers retours - Les tâches



Ma première expérience en 2009 n'a pas été très bonne. Je n'ai plus les photos de l'expérience mais on retrouve le boitier AT que j'avais passé au retrobright sur cette ancienne photo de 2010 (la petite tour sur le bureau).



Si de loin on ne voit rien :D, de près comme beaucoup le relatent dans leurs expériences, j'avais eu des tâches blanches et le jaune n'était pas complètement parti. En fait à l'époque j'ai fait l'erreur d'avoir laissé la solution agir au soleil et d'être parti plusieurs heures sans surveiller. Les tâches blanches correspondait aux endroits ou il y avait plus de mixture non séchée, qui reste trop longtemps. Certains préconisent donc d'entourer les plastiques avec un film transparent après avoir badigeonné la solution.



Ainsi le gel se retrouve à l’abri du vent, par conséquent il ne sèche plus et reste plus uniforme. De plus cela garde la chaleur du plastique qui accélère le processus. Pour ma part je n'ai jamais testé cette solution, dorénavant primo je fais ma mixture de manière plus liquide (moins de Gumilk), et secundo je reste présent quand j'en fait et je passe toutes les 10-15 minutes repasser une couche régulièrement pour ramollir et uniformiser dès que ça commence à sécher. Depuis je n'ai plus eu ce problème de tâches.

Le problème est d'autant plus difficile pour tout ce qui est légèrement gris de nature comme appareil (et non pas blanc !). C'est le cas notamment des consoles Nintendo et Super Nintendo, il faut vraiment que le gel soit bien apposé sur la console et stopper au bon moment sinon le produit va blanchir plus que nécessaire. Selon moi si vous voulez absolument éviter les tâches, il faut tremper complètement la pièce. Cela réclame un bac de la bonne taille et plus de solution chimique à fabriquer (et aussi plus de gaspillage dans la nature au final). :(

Ce que j'en conclus



Depuis, j'ai du le faire une bonne dizaine de fois que ce soit sur des façades de boitiers PC, des boutons de platines minidisc, des façades de lecteurs CD ou de disquettes.



Oui la technique du retrobright fonctionne bien, à chaque fois j'ai pu constater que c'était devenu plus blanc qu'avant. Je n'ai jamais eu d'échec, dans le sens où tout ce que j'avais préparé comme mixture et le temps passé n'avait servi à rien. Pour autant je n'ai jamais eu de cas extrême comme jaunissement à faire partir comme on peut trouver sur le net.

Le retour du jaune



En effet comme certains le disent sur les forums dans 9 cas sur 10, le jaunissement réapparait au bout de quelques mois voire semaines à peine et ce sans exposition aux UV particulièrement forte. J'ai pu constater la même chose. Là où une façade d'ordinateur aura mis 10 ans pour "se jaunir", avec le passage au retrobright au bout d'un an à peine l'effet du retrobright s'est bien estompé. Le jaune est revenu, moins mais quand même. Ce n'est donc pas un processus éternel. Et ceci accréditerai la thèse que les UV ne font que rajouter une couche, mais que l'air ambiant contribuerait déjà à la chose en fait à la base.

D'où le fait que certains ont émis l'idée de vernir le plastique après l'avoir passé au Retrobright pour éviter de perdre son effet à court terme. Je ne l'ai jamais testé pour ma part (faudra que je vérifie) mais cela me parait plausible comme solution.

Citation:
Trois ans et demi après l'écriture de cet article, il est temps de faire le bilan de l'opération. Alors, le Retr0Bright est-il une solution miracle ? Eh bien non puisque mon Amiga 600 a repris progressivement une petite teinte jaune sans revenir pour l'instant à la couleur jaune "tabac" initiale, comme le montrent les images suivantes. On ne peut pas incriminer les UV car je l'ai presque tout le temps stocké bien emballé à l'abri dans un placard. En fait, une explication sur le forum d'Amibay a été proposée : les composants plastiques ne sont pas des vrais solides, ils ont une structure en maille et ont des trous de moins d'un micron. Mais même si ces trous étaient encore plus petits, cela n'empêcherait pas les molécules bromées de pénétrer le plastique d'interagir avec des molécules d'oxygène. Les UV ne font qu'accélérer ce processus en faisant vibrer le brome.


Citation:
Le seul véritable problème du Retr0Bright vient de sa longévité, le jaunissement finit par revenir et il faut refaire l'opération ou vernir le plastique.


Ça passe ou ça casse ?



Certains affirment que cette technique altèrerait le plastique et le rendrait plus cassant, moins robuste. Je ne l'ai pas constaté pour ma part mais il est possible que ce soit vrai selon la qualité de fabrication de l'ABS.

Haut de page