Articles - Présentation & Divers

Who is John-John ?

  |   11020  |  Commentaires (5)  |  Présentation & Divers

Résumé



Pour faire simple, je m’appelle Jonathan DUPRÉ (= nom de domaine), j'ai 30 ans, je suis informaticien dans la fonction publique et j'habite à Reims. Je suis originaire de l'Ardèche (07), un de ces départements ruraux oubliés de la France profonde.

Les études



Parcours



  • 2001-2005 : Bac général ES spécialité SES, Cité scolaire Le Cheylard
  • 2005-2007 : BTS Informatique de Gestion - Option Développeur d'application, Lycée Barthelemy de Laffemas à Valence
  • 2007-2008 : Licence Professionnelle SIL-CASIR - IUT de Valence


Pour plus d'informations :



Au travail ! (hop, hop, hop)



Après ma licence j'ai intégré la DGFIP (Direction Générale des Finances Publiques). Je suis administrateur applicatif (Java avec JBoss / Tomcat) et administrateur de base de données (Postgres / Oracle) en tant qu'exploitant en production, avec la qualification de PSE (Programmeur Système d'Exploitation). On accède à la fonction publique d'état par concours (un écrit et un oral devant un jury). Pour avoir plus de détails, voici quelques liens vers de la documentation en PDF :



Statistiques personnelles des concours informaticiens de la DGFIP



Ma vie informatique



L'ordinateur, mais c'est quoi ce truc ?



Retournons dans un passé lointain, à cette époque j'étais en primaire, et à l'école publique locale on y appliquait le programme national "informatique pour tous". On disposait à l'école d'une petite salle informatique et on s'y rendait de temps en temps pour lire et travailler. Et ce avec des Thomson MO5 et TO7 et les crayons optiques sur des téléviseurs cathodiques d'époque. Le but était de lire du texte sur un écran le plus vite possible, et on passait à la page suivante ou alors on indiquait quand on avait terminé et l'ordinateur indiquait le nombre de mots lus par minute. En CM1/CM2 (96/97) ensuite on allait sur les Goupil G5 S86 pour faire du traitement de texte, c'était en fait le vulgaire "Edit" de MS-DOS. Après on manipulait le menu "Fichier" et "Imprimer". L'impression s'effectuait sur une imprimante matricielle (je me souviens encore du bruit) et on attendait longuement que le papier banderole sorte.

La cour des grands



En septembre 1997, je débarque en 6ème, je découvre Windows 3.11 (for workgroups) et Windows 95 sur des 486DX2/66 et autres Pentium 100. Je découvre aussi les jeux DOS et le BIOS. Par les plus grands on m'explique comment les lancer des jeux comme WackyWheels, Krypton Egg ou encore 4D Sports Driving. L'ordinateur arrive dans la maison familiale en 1997 avec un PC Pentium 166. Plus tard en "upgradant" son PC peu à peu, mon frère arrive à me faire un PC avec les vieilles pièces, c'était en 1999, j'ai mon ordinateur youpi.

On avait internet avec un modem Olitec 56K qui était dans la chambre de mon frère, puis ensuite on a fait un partage de connexion Internet via Windows 98. On avait nos deux PC en réseau avec un câble BNC. On a eu Wanadoo comme FAI et par la suite AOL. Ah, la grande époque AOL avec le logiciel de connexion propriétaire tout pourri(lent et moche), mais on pouvait tout faire avec, y compris tchater. Au début on avait du 50 heures par mois, puis est arrivé l'illimité. Enfin l'illimité version AOL, c'est à dire qu'en fait toutes les heures ça se déconnectait voire toutes les 20 minutes, à tel point qu'il existait des logiciels de reconnexion. J'ai pu télécharger mes premiers MP3 à cette époque via Napster mais chuuuuut. Entre 1999 et 2001 je fais un peu de bénévolat à RDB, une radio associative (de catégorie A) locale dans laquelle j'apprends beaucoup de choses surtout techniques : j'y découvre le fax, le minitel en RS232 sur PC, la connectique XLR, le Numéris (RNIS), Windows NT4, l'utilité d'un Vu-mètre, l'insert téléphonique, les armoires Rack 19" et aussi les conflits humains.

Fini de jouer



Avec mon premier salaire de l'été 2002, je me fais ma première configuration tout seul : Elite K7S5A + AMD Duron 1200 + nVidia Geforce2 MX200. Arrive 2003, et c'est la révolution : l'arrivée de l'ADSL en Ardèche. À cette époque KaZaA remplace Napster, AudioGalaxy et WinMX. Ces années là, je commence à programmer un peu avec le trio Visual Basic 6.0/ADO (ActiveX)/Access. J'essaye tant bien que mal d'upgrader mon PC pour gagner en puissance CPU : Duron 1200Mhz -> 1800Mhz.

Le début de l'autonomie



En juin 2005 je termine mon BAC ES et c'est à partir de là que l'informatique va prendre un tournant un peu plus sérieux puisque je décide d'en faire mon métier. Je pars à Valence où j'ai mon appartement pour faire un BTS IG. J'obtiens mon BTS en juin 2007. Mes années d'apprentissage en temps qu'autodidacte avant y sont pour beaucoup. J'y aurai appris :

  • le Pascal avec Delphi,
  • la programmation orientée objet (héritage, surcharge, polymorphisme, etc...),
  • le langage SQL et SQLServer (2000),
  • les bases de l'HTML et du CSS (même si je connaissais avant),
  • le VB.net,
  • le couple "PHP / MySQL" avec WAMP & EasyPHP (+phpMyAdmin),
  • les méthodes de modélisation de données Merise (MCD, MLD) et le logiciel Win'Design,
  • la comptabilité (Sage 100),
  • à maîtriser Word, Excel et Access


En septembre 2007, j'entre à l'IUT de Valence pour faire une licence professionnelle pour 1 an. J'y aurais appris :

  • le Java avec Eclipse, Tomcat (Java Server Pages) et le principe Modèle-Vue-Contrôleur,
  • le Python (IDLE),
  • la gestion de projet, Gantt, PERT et autres cahiers des charges,
  • l'UML avec Rational Rose,
  • PostgreSQL et son langage de procédure stockée PL/PGSQL,
  • Linux, le Bash et VI/VIM (Merci Damien Genthial !),
  • les routeurs et autres switchs administrables, et ce configurés via le port RS232 et minicom lancé depuis une Knoppix en live CD...


Le premier pas dans la vie professionnelle



Un jour, ma prof de "Communication" à l'I.U.T. laisse traîner 3-4 brochures pour les concours de la fonction publique sur son bureau à la fin d'un cours, "pour ceux que ça intéresseraient" lâche-t-elle. J'en prend une, sans trop vraiment savoir où cela pourrait m’emmener... Je décide de prendre le concours d'"analyste", puisque cela correspond plus à mon cursus scolaire, cependant il y a un hic, il faut avoir un BAC+3 pour postuler au concours et ce au premier janvier de l'année en cours. Or ma licence je ne l'avais pas encore puisque j'étais en train de la passer. >:) Je me rabats ainsi sur le concours de contrôleur-programmeur (qui est niveau BAC). :| Owned. Je m'inscris donc au concours sans trop vraiment y croire, au cas ou ça marche. Je rentre ainsi dans la FP un peu par hasard. Un milieu totalement inconnu pour moi ayant des parents issus du privé. Je suis reçu à l'écrit. Viennent ensuite les oraux en juillet à Paris, qui se passent bien. Fin juillet, le résultat tombe : je suis sur liste principale.

Oh Touloouuuuuuuuse



S'ensuit une formation initiale d'une année à Toulouse au sein de l'École nationale du cadastre en tant que contrôleur-programmeur à la rentrée 2008. L'occasion d'y découvrir :

  • le SGBDR Oracle 10g/11g (+RMAN),
  • le Perl,
  • le monde des mainframes Bull GCOS,
  • l'architecture n-tiers (webservices / SOAP),
  • l'HP-UX et les joies du VI original, le tout agrémenté de ksh (Korn-Shell),
  • plus de choses sur les réseaux (WAN, VPN, répartiteurs de charges + haute disponibilité via Apache AJP & Altéon...),
  • les politiques de sauvegardes (PRA, totales, incrémentales, différentielles),
  • et plein d'autres choses.


L'arrivée dans la fonction publique a été pour moi l'occasion de me rendre dans des salles machines avec des baies 40U remplies de matériel. Avec climatisation, onduleur général, des bécanes qui coutent chères, des streamers LTO et autres robotiques de sauvegardes. J'ai pu enfin comprendre cette publicité IBM sur les lames des châssis BladeCenters. Cette année-là je passe le concours d'inspecteur PSE, pour exploiter mon niveau BAC+3, concours que je réussis grâce à Andrew Tanenbaum. Je ré-intègre donc l'ENFIP pour une année supplémentaire de formation. Je sors de ma formation de PSE en été 2010. Par la suite, je me suis installé à Reims et puis voilà.