Articles - Présentation & Divers

Who is John-John ?

  |   9182  |  Commentaires (7)  |  Présentation & Divers
Pour résumer : je m'appelle Jonathan DUPRÉ (cf mon nom de domaine), j'ai 30 ans, je suis informaticien dans la fonction publique. Je vis à Reims, bien que je sois originaire de l'Ardèche (07).

Mes études



Parcours





Ce que j'en pense



Cela fait au total un BAC+3 qui s'avère largement suffisant et à la fois insuffisant pour ne pas se retrouver chez MacDo. LOL, le cliché. Les gens sont maintenant surdiplômés et les entreprises ne veulent pas assumer les gros salaires que cela engendre dans ces temps de crise. Ah la crise, elle a bon dos la crise, n'est-ce-pas ? Quand je vois des BAC+5 atterrir dans mon service qui au final font la même chose que moi, et pour le même salaire bien sûr, LOL quoi, il y a un problème quelque part.

Faut-il forcément avoir fait une école d'ingénieur pour être informaticien ? Non. Je ne vois pas quel est vraiment l'intérêt des écoles d’informatique comme EPITECH et SUPINFO à part fabriquer des machines à tuer afin de répondre au culte du diplôme français. Les meilleurs des meilleurs, la crème de la crème. On fait de vous des informaticiens en un temps record. Évidemment des ingénieurs il en faut.

Le pire étant je crois l'école 42 de Xavier Niel qui n'aurait pas vraiment d'autre but que de contenir les "no life" pisseurs de code qui ne comptent pas leur heures ? Mais non ce que je dis est juste caricatural ! N'y voyez aucune jalousie, je suis bien là où je suis car ma formation correspond au final à mon métier et la formation offerte dans le public est suffisante. De toute façon pour rentrer là-dedans il faut payer (sauf 42), et donc encore compter sur Papa-Maman pour avancer les fonds, ou alors pour les plus autonomes : faire un prêt et s'endetter (rembourser plus tard).

Pour passer du coq à l’âne, après on peut rentrer dans des discussions philosophiques. Un diplôme (quel qu'il soit) est-il une garantie ? Vous pouvez très bien avoir un diplôme (peu importe lequel) et être complètement à la masse. Tout comme vous pouvez être autodidacte, n'avoir aucun diplôme et être très compétent. Cela arrive, mais malheureusement je n'y crois pas trop, cela reste des exceptions et ne reflète pas la majorité de la populace.

Moi ce que j'en ai vu/retenu c'est qu'il faut éviter d'avoir un cursus scolaire purement universitaire, juste le cul assis dans un amphi. Mettre les pieds dans la sphère de l'entreprise tôt avec des "stages" et autres "actions professionnelles" (BTS/DUT/école privée) reste le mieux pour avoir un aperçu des contraintes de la vraie vie. Et au final se rendre compte qu'on a pas trop le temps de faire de la "masturbation intellectuelle". Mais la plupart des cursus le font de nos jours.

Il arrive des fois de tomber sur des cons, mais globalement je suis satisfait de la scolarité du publique. Il faut juste se rappeler qu'il s'agit d'une base commune, après il faut continuer hors temps scolaire. Réussirons ceux qui apprennent par ailleurs eux-mêmes. Ce n'est que du bon sens, pas la peine de payer pour le savoir. Pour plus d'info :



Au travail !



Après ma licence j'ai intégré la DGFIP (Direction Générale des Finances Publiques). Je suis administrateur applicatif (Java avec JBoss / Tomcat) et administrateur de base de données (Postgres / Oracle) en tant qu'exploitant en production, avec la qualification de PSE (Programmeur Système d'Exploitation).

On y accède par concours (écrit et oral devant un jury). Pour avoir plus de détails, voici quelques liens vers de la documentation PDF :



Attention : ne vous fiez pas au terme de contrôleur-"Programmeur" (pour les cadres B) qui n'est pas à prendre au premier degré et qui reste pour des raisons historiques. :)

Statistiques concours informaticiens DGFIP



Ma vie informatique



L'ordinateur, mais c'est quoi ce truc ?



Retournons dans un passé lointain, à cette époque j'étais en primaire, et à l'école publique locale on y appliquait le programme national "informatique pour tous". On avait une petite salle informatique et on s'y rendait de temps en temps, pas pour jouer bien sûr mais pour lire et travailler ! Et ce avec des Thomson MO5 et TO7 et les crayons optiques sur des téléviseurs cathodiques. Le but était de lire du texte sur un écran le plus vite possible, et on passait à la page suivante ou alors on indiquait quand on avait terminé et l'ordinateur indiquait le nombre de mots lus par minute. La maîtresse mesurait ainsi notre progression. En CM1/CM2 (96/97) ensuite on allait sur les Goupil G5 S86 pour faire du traitement de texte, c'était en fait le vulgaire "Edit" de MS-DOS. A cet âge, sans le savoir, j'avais déjà vu un prompt et la saisie d'une commande. Après on manipulait le menu "Fichier" et "Imprimer". L'impression s'effectuait sur une imprimante matricielle (je me souviens encore du bruit). Je me revois encore devant ce Goupil comme hébété, il fallait tout qu'on me dise de faire... LOL et on attendait longuement que le papier banderole sorte.

La cour des grands



On arrive en septembre 1997, je débarque en 6ème au collège, je découvre Windows 3.11 (for workgroups) et Windows 95 sur des 486DX2/66 (DAMI) et des Pentium 100 (Zenith Data Systems). Au CDI on avait un PC DAMI avec Win3.11, tout le monde faisait des dessins sur Paint ! Je découvre aussi les jeux DOS et le BIOS. Par les plus grands on m'explique comment les lancer des jeux comme WackyWheels, Krypton Egg ou encore 4D Sports Driving. Je découvre la souris 3 boutons série à boule Trust. ^^

L'ordinateur arrive dans la maison familiale en 1997 avec le grand frère qui a droit à un PC Pentium 166 avec écran 15 pouces et Canon BJC-240. De mon coté j'avais.... la MegaDrive II de Sega. En "upgradant" son PC peu à peu, mon frère arrive à me faire un PC avec les vieilles pièces. Lui avait le Celeron 400 et moi son vieux Pentium 166, c'était en 1999, j'ai mon ordinateur ! A moi Windows 98, Paint, Word 97 et les jeux DOS ! Bon à coté entre temps j'avais troqué ma MegaDrive pour une Playstation.

A cette époque, mon frère m'avait fait découvrir l'onduleur, le graveur CD, le IOMEGA Zip, le scanner, la Matrox Mystique et son Rainbow Runner, l'écran Ilyama tout plat...

En 1999, on avait internet, le modem Olitec 56K était dans la chambre à mon frère, je n'y avait pas accès, puis ensuite on a fait un partage de la connexion Internet via Windows 98. On avait nos deux PC en réseau avec du BNC (et les 2 bouchons qui allaient avec). J'avais Internet quand son PC était allumé. On a eu Wanadoo et par la suite AOL. A cette époque j'avais une carte son Opti ISA, j'enregistrais les clips de M6 (par le biais d'un démodulateur satellite analogique Telecom 2B ou 2C) en Wave sur PC pour les graver sur CD avec des graveurs Philips daubesques qui tombaient tous en panne. Quand j'y repense, tous ces CD-R gachés...

Ah, la grande époque AOL avec le logiciel de connexion propriétaire tout pourri (lent et moche), mais on pouvait tout faire avec, y compris tchater. Au début on avait du 50 heures par mois, puis est arrivé l'illimité. Enfin l'illimité version AOL, c'est à dire qu'en fait toutes les heures ça se déconnectait voire toutes les 20 minutes. A tel point qu'il existait des logiciels de reconnexion en cas de perte de connexion. J'ai pu télécharger mes premiers MP3 à cette époque. C'était aussi l'époque des newsgroups, mais pas pour télécharger, pour discuter, car les forums du genre PHPBB ou vBulletin n'étaient pas répandus.

C'était aussi les débuts de Napster mais chuuuuuuuuuuuuuuuut !

Entre 1999 et 2001 je fais un peu de bénévolat à RDB, une radio associative (de catégorie A) locale dans laquelle j'apprends beaucoup de choses surtout techniques : j'y découvre le fax, le minitel en RS232 sur PC, la connectique XLR, le Numéris (RNIS), Windows NT4, l'utilité d'un Vu-mètre, l'insert téléphonique, les armoires Rack 19" et aussi les conflits humains.

Plus tard mon frère est passé sur une autre plateforme et j'ai "hérité" du Celeron 400 socket 370, et de la ABIT ZM6. J'avais une 3DFX Voodoo3 AGP. Ouais j'étais un petit gamer à l'époque. :lol

Fini de jouer



Avec mon premier salaire de l'été 2002, je mets au placard le Celeron 400 et je me fais ma première configuration : Elite K7S5A + AMD Duron 1200 + nVidia Geforce2 MX200. C'est l'occasion d'abandonner Windows 98 pour Windows XP.

En 2003, c'est la révolution: l'arrivée de l'ADSL en Ardèche. Nous nous sommes inscrit à Télé2 (qui était le moins cher à l'époque), et nous avions droit au modem BeWan USB tout gris (512K). Fini la ligne occupée, les déconnexions et 64Ko/s c'est DE LA BALLE. A cette époque KaZaA remplace Napster, AudioGalaxy et WinMX.

Ces années là, je commence à programmer un peu avec le trio Visual Basic 6.0/ADO (ActiveX)/Access. J'essaye tant bien que mal d'upgrader mon PC pour gagner en puissance CPU : Duron 1200 -> 1400 -> 1600 -> 1800Mhz.

Je suis (presque) autonome



En juin 2005 j'obtiens mon BAC ES et c'est à partir de là que l'informatique va prendre un tournant un peu plus sérieux dans ma vie puisque je décide d'en faire mon métier. Je pars à Valence pour faire un BTS IG, j'ai mon appartement en centre-ville et ma Freebox V4. Étant à 1.5km du NRA, le débit ADSL est donc royal, youpi ! Je découvre la télé par la box, cette année là ce sont les débuts de BFMTV.

J'obtiens mon BTS en juin 2007 avec 15 de moyenne. Mes années d'apprentissage en temps qu'autodidacte avant y sont pour beaucoup. J'y aurai appris :

  • le Pascal avec Delphi,
  • la programmation orientée objet (héritage, surcharge, polymorphisme, etc...),
  • le langage SQL et SQLServer (2000),
  • les bases de l'HTML et du CSS (même si je connaissais avant),
  • le VB.net,
  • le couple "PHP / MySQL" avec WAMP & EasyPHP (+phpMyAdmin),
  • les méthodes de modélisation de données Merise (MCD, MLD) et le logiciel Win'Design,
  • la comptabilité (Sage 100),
  • à maîtriser Word, Excel et Access


C'est vrai qu'au niveau BTS on reste bien ancré dans le monde Microsoft : Windows, Office/FrontPage et SQLServer. La seule chose de libre ici étant issue de WAMP & EasyPHP : Apache, PHP et MySQL.

En septembre 2007, j'entre à l'IUT de Valence pour faire une licence professionnelle CASIR pour 1 an. C'est à cette occasion que j'abandonne enfin ma bonne vieille tour avec le couple AMD Duron 1800 + K7S5A (que j'ai depuis 2002) pour un PC portable Acer Aspire. J'y aurais appris :

  • le Java avec Eclipse, Tomcat (Java Server Pages) et le principe Modèle-Vue-Contrôleur,
  • le Python (lol IDLE),
  • la gestion de projet, Gantt, PERT et autres cahiers des charges,
  • l'UML avec Rational Rose,
  • PostgreSQL et son langage de procédure stockée PL/PGSQL,
  • Linux, le Bash et VI/VIM (Merci Damien Genthial !) ,
  • les routeurs et autres switchs administrables, et ce configurés via le port RS232 et minicom lancé depuis une Knoppix en live CD...


C'est à partir de cette année de licence où on m'a fait vraiment travailler sur du libre : OpenOffice, Linux, Postgres.

Le premier pas dans la vie professionnelle, hop hop hop au boulot



Un jour, ma prof de "Communication" à l'I.U.T. laisse traîner 3-4 brochures pour les concours de la fonction publique sur son bureau à la fin d'un cours, "pour ceux que ça intéresseraient" lâche-t-elle. J'en prend un, sans trop vraiment savoir ce que c'était et où cela pourrait m’emmener... Dans le dépliant tout est indiqué : la description des concours avec le calendrier pour déposer les dossiers d'inscription et tout le tralala sur les modalités.

Je décide de prendre "analyste" comme concours, puisque cela correspond plus à cursus scolaire, cependant il y a un hic, il faut avoir un BAC+3 pour postuler au concours et ce au premier janvier de l'année en cours, à savoir 2008. Or ma licence je ne l'avais pas encore : en juin (2008). >:) Tant pis pour analyste (et PSE également donc) je me rabats ainsi sur le concours de contrôleur-programmeur (qui est niveau BAC). :| Owned.

Je m'inscris donc au concours sans trop vraiment y croire, "au cas ou ça marche". Sans le savoir, je rentre ainsi "aux impôts" totalement par hasard et c'était un milieu totalement inconnu pour moi. Les écrits du concours se déroulent à Marseille, 3 jours d'épreuves sont programmés en mars 2008. Ceci est la première session, car il y en a eu une seconde : Chronopost ayant perdu des copies... :lol Et c'est reparti pour 3 jours d'épreuves en mai. Je suis reçu à l'écrit. Courant juillet ce sont les oraux à Paris, qui se passent bien. :top Fin juillet, le résultat tombe : je suis sur liste principale donc reçu au concours de contrôleur-programmeur externe. :party :bal

Oh Touloouuuuuuuuuuuuuuse



S'ensuit une formation initiale d'une année à Toulouse au sein de l'École nationale du Cadastre en tant que contrôleur-programmeur à partir de septembre 2008.

J'y apprends/découvre :

  • le SGBDR Oracle 10g/11g (+RMAN),
  • le Perl,
  • le monde des mainframes Bull GCOS,
  • l'architecture n-tiers (webservices / SOAP),
  • l'HP-UX et les joies du VI original, le tout agrémenté de ksh (Korn-Shell),
  • plus de choses sur les réseaux (WAN, VPN, répartiteurs de charges + haute disponibilité via Apache AJP & Altéon...),
  • les politiques de sauvegardes (PRA, totales, incrémentales, différentielles),
  • et plein d'autres choses.


L'arrivée dans la fonction publique a été pour moi l'occasion de mettre les pieds dans des salles machines avec des baies 40U remplies de matériel, avec climatisation, onduleur général, des bécanes HP qui coutent chères :whistle , des streamers LTO et autres robotiques de sauvegardes. Et de comprendre enfin cette publicité IBM sur les lames des châssis IBM BladeCenters.

Cette année-là je passe le concours d'inspecteur PSE, pour exploiter mon niveau BAC+3, concours que je réussis grâce à Andrew Tanenbaum. Je ré-intègre donc l'E.N.C. pour une année supplémentaire de formation plus poussée. Je sors de ma formation de PSE en été 2010. Par la suite je suis affecté à Reims et puis voilà.