Articles - Digital Compact Cassette / DCC

Philips DCC900 (70DCC900)

  |   9178  |  Commentaires (3)  |  Digital Compact Cassette / DCC

Le modèle





La platine de salon DCC900 constituait le haut de gamme de chez Philips et était destinée à être intégrée à la fameuse série à éléments 900. Son prix était d'environ 5000 francs à l'époque. N'hésitez pas à lire également l'article général sur la DCC.

Clones :



Mon premier exemplaire, j'ai pu l'acheter 19 euros chez Cash31 à Portet/Garonne sans sa télécommande. J'avais gardé 3-4 cassettes DCC dans un coin. Et après quelques essais, la lecture ne se faisait pas bien. En analogique j'ai un différentiel important de niveau entre la voie de gauche et celle de droite. Et pour les cassettes DCC : la lecture était hachée avec des micro-coupures. Je pensais immédiatement à un mauvais défilement de la bande. Seulement en réalité, la vitesse du moteur est ajustée en fonction des données lues de la bande, il y a un circuit asservissement avec une synchronisation. J'ai effectué : un nettoyage de la tête (pas de coton-tige utilisez un mouchoir microfibre ou micro-éponge) et des galets presseurs + graissage/ huilage des axes des cabestan. La courroie étant encore en très bon état après ces années. Tout est rentré dans l'ordre pendant presque 1 an. J'ai voulu me servir de la platine et là c'est la catastrophe. Dans le cas d'une lecture analogique : le son est gâché par des gros parasites aiguës HF continus par dessous le son (genre parasites de radio FM). La lecture des cassettes numériques est encore pire : aucun son et le compteur de temps n'indique pas de temps ou avance par à-coups quand il peut.

Maudits condensateurs



En suivant ce fil de discussion, j'ai pu trouver un début d'explication... des condensateurs CMS seraient en fuite. Sur tous les circuits imprimés que comporte la platine, seuls deux en embarque :

  • la PW03 - "Read/Write Board" = ampli têtes (lecture-écriture des données sur la bande)
  • la PZ03 - "Digital Board" = traitement numérique : codage-décodage des informations PASC/correction d'erreur, etc...


Autre fil de discussion intéressant : http://www.repdata.de/wbb2/index.php?page=Thread&threadID=11672

Les voici toutes les 2 (à gauche la PW03 et à droite la PZ03) :





Images source : http://www.canuckaudiomart.com/details/196096-philips_dcc_900_amplifier_board

Si vous avez de bons yeux : vous verrez que certains petits trous traversant la carte (vias) à proximité des condensateurs sur la PZ03 sont plus noircis que ceux qui sont complètement à droite de cette même PZ03, où on peut voir le cuivre apparent. Même constat sur l'autre carte.

Les condensateurs fuient et l'électrolyte se répand sur et dessous les pistes ainsi que sous les composants environnants entrainant des courts-circuits qui perturbent la bonne lecture. D'autant que les condensateurs eux-mêmes se retrouvent secs avec une résistance équivalente en série élevée.



Il est tant de réagir avant que le liquide ne ronge tout. Et aussi avant que des court-circuits fatidiques ne se forment pouvant entraîner la perte d'une ou plusieurs têtes fines (8V vers les têtes) mais aussi de griller des entrées sur les puces TDA1316 et 1317. Il convient de vérifier au multimètre ces deux points AVANT de se lancer dans la réparation. Ce ne sont pas des dégâts systématiques mais j'y ai déjà eu droit. C'est ce qui est arrivé sur ma Marantz DD82. Appareil acheté d'occasion sur le bon coin et testé sur place. Par contre un petit tour dans le mode service nous montre que la tête n°2 est définitivement morte et ne lit plus rien :





Cela n'empêche pas la platine de lire correctement les K7 DCC puisque les spécifications du format DCC autorisent la perte permanente d'une des huit pistes (parité/ECC) ou de toutes les pistes pendant 0.3 seconde.

Bref, on en revient au sujet initial : ensuite, la solution étant de retirer ces condensateurs, nettoyer le circuit imprimé pour le débarrasser de l'électrolyte qui a coulé, puis de remettre des condensateurs neufs. Normalement les condensateurs non polarisés (deux sur la PW03 et un sur la PZ03) sont encore bons pour le service, ils ne coulent pas et leur capacité et ESR sont OK sur mon PEAK Atlas ESR70. On peut se contenter de les déssouder, nettoyer leur base plastique et les remettre en place une fois que tout est propre.

La chose n'est évidemment pas facile, puisque l'électrolyte rend le "dessoudage" des composants plus délicat. En général, cela se termine avec l'arrachage de la piste (fragilisée par la corrosion). A cette époque je n'avais pas l'air chaud dans mon atelier. J'avais fait un travail horrible. Suite à cette réparation, la platine re-fonctionnait.



Malheureusement, les problèmes sont réapparus quelques mois après... cette platine est partie à la déchetterie car elle me prenait vraiment la tête.

Nouvelle tentative (février 2013)



En février 2013, j'ai pu dénicher une Marantz DD-82 pour pas cher sur le site Le Bon Coin, la DD-82 est un quasi-clone de la DCC900, mais la partie mécanique est exactement la même. Elle fonctionne bien mais idem sur ce spécimen, les condensateurs fuient. voici le résultat (galerie photos) :




Je peux acheter une DCC900 ?



Ma réponse est claire : non ! Évitez ce modèle. Je sais il est attrayant avec son large afficheur, son gros vu-mètre et son allure série 900 mais fuyez ce modèle. Même si on vous dit qu'il a été révisé et qu'il marche très bien : la panne peut encore survenir plus tard, il restera toujours un risque "de rechute". Pas à cause des nouveaux condensateurs neufs mis en place mais car la réparation des cartes "contaminées" doit être vraiment "poussée" pour nettoyer les cartes des coulures et l’électrolyte encore stagnante peut produire des effets plus tard. Bref on ne peut pas vraiment être serein avec ce modèle.

Comment faire une bonne réparation d'une DCC900 ?



Je ne pas prends plus en charge la réparation de cette platine et de ses clones. Inutile de me demander une réparation. Certaines personnes comme Yves ou ducks007 sur les forums Hi-Fi ont encore la foi pour s'attaquer à ces modèles.

Déjà il faut un peut être masochiste, autant vous le dire car la chose est vraiment délicate et réclame des heures de travail. Voici ce que je peux dire par rapport à mon expérience sur le sujet. Au total j'ai du en réparer une dizaine pour moi et d'autres amateurs de DCC. Se lancer là-dedans c'est prendre le risque de perdre du temps pour une opération pas toujours garantie. Voici mon retour et mes conseils sur ce sujet.

Les dégâts que l'on ne voit pas



L’électrolyte stagne sous les composants, sur les deux cartes beaucoup de composants aux alentours sont "contaminés" et corrodés. A force d'en voir des DCC900 HS, je ne peut que constater que le remplacement des condensateurs et un nettoyage en surface ne suffit pas. Mais alors pas du tout. Il faut impérativement dessouder des composants à coté pour faire une réparation sereine.

En fait ce que j'ai remarqué, c'est que selon les exemplaires que j'ai eu entre les mains les dégâts n'étaient pas systématiquement les mêmes. Certes toujours des mêmes condos et les mêmes coulures aux mêmes endroits, mais après certaines PW03 et PZ03 étaient plus ou moins "attaquées" que d'autres. Par exemple sur certaines j'ai eu le vernis des pistes qui s'est enlevé, sur d'autres non, idem pour des trous traversants (vias) qui n'étaient plus conducteurs entre les différentes couches du PCB. C'est complètement aléatoire, tout comme le résultat au final.

Vous pouvez comparer les photos des PW03 de cet article avec celles de Yves du forum "audiovintage" dans son topic. Vous verrez que les "dégâts" sur la carte ne sont pas comparables.

J'ai eu à réparer quelques environ six/sept DCC900 et DD-82 pour une personne (en plus de trois/quatre que j'ai eu moi). Je n'ai pas réussi à toutes les retaper intégralement malgré des heures à y insister je vous assure. La personne avait été prévenue que rien n'était garanti et j'ai bien fait.

  • La lecture des cassettes DCC est repartie dans 100% des cas.
  • L'enregistrement des DCC dans 80% des cas, une m'a résisté et n'enregistre pas sur la tête n°4, TDA1316 changé, retrait et nettoyage de plusieurs CMS minuscules, têtes Ok au multimètre, courant d'écriture ré-ajusté, rien n'y fait.
  • La lecture des cassettes audio analogiques dans 66% des cas : une avec encore quelques bruits bizarres de temps en temps sur le canal de droite et une autre avec le canal droit complètement muet. Le canal gauche s'en est toujours sorti. Ce système avec le feedback est une vrai merde.


Les problèmes viennent systématiquement de la PW03, je pense qu'en fait le PCB est multicouches et l'électrolyte cause des dégâts entre les feuilles du PCB. Et là ben ce n'est plus réparable. :\'(

Les composants à systématiquement nettoyer



Voila ma petite liste de composants qui apparaissent, selon moi, comme quasi toujours "contaminés" par de l’électrolyte qui stagne et qu'il faut systématiquement dessouder, nettoyer (dessous) et remettre sur le PCB pour éviter d'avoir une rechute à plus ou moins long terme. Même un bain à ultra-sons n'a rien donné. Utilisez toujours l'air chaud pour les retirer. Stylo de préhension et pince à épiler obligatoires. Les composants listés ci-dessous sont à traiter en plus des condensateurs déjà mis en cause bien sûr.

Carte PW03 :


Circuits intégrés : Q101 (TDA1317) - face A, Q151 (TDA1316) - face B
Transistors : Q102 - face A, Q103 - face B, Q104 - face B, Q180 - face B
Résistances fixes : R151 - face A, R199 - face A, R155 - face B, R158 - face B
Résistances ajustables (K7 DCC) : R135 (RDMUX signal level) - face B, R167 (current writing - IREC) - face B
Résistances ajustables (K7 analogiques) : R101 - face B, R102 - face B, R109 - face B, R110 - face B

Se méfier des pistes coupées et des points traversants (vias) rongés qui ne conduisent plus. Il faut se rapporter au schéma et d'abord vérifier toutes les tensions y compris sur les petits transistors CMS.

Carte PZ03 :


Circuits intégrés : Q423 (SAA2051GP) - face A, Q443 (NE5230) - face B
Connecteurs : J408 (nappe vers PW03) - face B
Inductances : L421 (Bleue) - face A, L441 (Bleue) - face B

Faites chauffer le PCB et sortez l'acétone



Une fois les composants retirés et leur position notée (notamment pour les potards, histoire de remettre les mêmes réglages aux bons endroits), faites chauffer le PCB avec la station des deux cotés. Je ne m'explique pas pourquoi mais ça fait en sorte que l'électrolyte qui stagne remonte un peu à la surface de sous les pistes et entre les pattes des composants...

Ensuite il reste à passer des petit coups de pinceau imbibé d'acétone et de faire ruisseler toute cette merde sur un mouchoir en papier. L'acétone n'abime pas la sérigraphie, abusez-en. Faites gaffe à vos mains. Si vous vous en renversez sur les doigts, allez vous laver les mains avec du savon tout de suite.

Les outils



Pour ces opérations, il est absolument nécessaire d'être équipé d'une station à air-chaud. C'est indispensable pour retirer les condensateurs en toute sécurité sans arracher les pistes, pistes déjà affaiblies par la corrosion.

Remettre des condos électrolytiques CMS ?



Certains réparateurs choisissent de remplacer les condensateurs KO par des tantales ou ils mettent des électrolytiques radiaux classiques. Personnellement je remets des condos CMS comme à l'origine. Avec ces conneries ils ont maintenant une sale réputation. Pourtant ceux fabriqués après 1996 apparaissent comme fiables (comme c'est le cas sur les platines de seconde génération). Perso avec l'air chaud, je n'ai plus connu d'arrachage de pistes, et les remettre en place se fait au fer classique sans problème. Après, chacun fait comme il veut.

Refaire les soudures sur l'alimentation



Comme je l'avais déjà précisé quelques années plus tôt : http://www.abcelectronique.com/forum/showthread.php?t=63503. Il faut également refaire les soudures sur la grosse carte mère (châssis) dans la partie alimentation. Cette opération oblige de dégager la façade. Et puis tant qu'à faire sur les régulateurs (petite carte déportée avec le radiateur noir).

Vidéos Youtube